La Loire à Roller

Une sortie au fil de l'eau

Seulement 1 semaine après les péripéties à l'île de Ré, la team Roller n'GO a rechaussé les patins ou enfourché les vélos pour une sortie plus au nord de Poitiers, sur le circuit "La Loire à roller".

Rendez-vous à l'aire d'autoroute nord de Poitiers pour déguster des chocolatines ou croissants, avant le départ vers Villandry. 2 voitures feront un crochet par le parc de la Gloriette afin de laisser le pique-nique au lieu d'arrêt pour le midi.

Pas besoin de danse du soleil, la météo était super ! Quelques événements ont rytmé cette sortie.

Péripétie 1 : une bonne chutte de Fanchounet. Comme la tête a tapé au sol, il était heureux de porter un casque. Résultat : un brûlure superficielle en haut du dos, et peut être un tour à prévoir chez l'ostéo.

Péripétie 2 : nous croisons un adepte de Roller, celui-ci nous informe qu'une partie du parcours a été refaite avec du sable. Nous décidons d'emprunter un itinéraire bis.

Péripétie 3 : Nolan (alias Griffu Logan) en bmx sans vitesses pédale à toute vitesse, il s'entête à rester avec une selle trop basse. Pour le retour il change d'avis, ravi d'être dans une posture plus confortable.

péripétie 4 : Nico et Velvet se préparent pour un raid, ils poussent Lili 4 ans dans une charette. Lors du raid de cet été ils y mettront leurs affaires et partiront sur les véloroutes. Ana assure, JC lui donne un petit coup de pouce. Différents membres donnent un coup de pouce à Miguel, qui a débuté il y a quelques mois seulement.

péripétie 5 : Après le pique-nique nous choisissons de reprendre l'itinéraire prévu (plus sympa que le bis). Finalement le revêtement ensablé est roulable même si c'est un peu glissant. L'occasion de tester un nouveau terrain. Je n'ai pas parlé du moment pique-nique : farniente au soleil, troc de platines, retournement des roues biseautées, discussion, sudoku…

péripétie 6 : Sur le retour nous nous arrêtons sur un petit skatepark, les grands enfants que nous sommes partent faire des démos devant des bambins aux yeux écarquillés. Après quelques discussions (surtout Laurent et son bagou) nous repartons vaillants.

péripétie 7 : Nous croisons une guingette. Arrêt pour boire un coup chez "mémère". Philippe gagne le gros lot dans un distributeur (la somme sera sans doute décomptée de son compte bancaire^^). Léna est fan du Smoothie maison (prononcer Smoothie avec la langue entre les dents).

Péripétie 8 : Nous croisons Benson de Tours avec qui Fanchounet et Caro' roulaient il y une quinzaine d'années (street hockey et "randos sauvages"). Moment émotion en sépia.

péripétie 9 : le trajet est plat, sauf 1 belle descente. Tout le monde la descend, même les débutants et Luce remarque toute fière qu'elle a progressé : l'année passée elle avait descendu 2/3 en escalier et 1/3 dans le sens de la pente. Seuls Velvet et Fanchounet jugeant cet exercice trop facile choisissent de descendre par des escaliers raides en tac tac.

Arrivée : on déchausse, on observe un pêcheur avec une technique typique des bords de Loire, puis on se donne rendez-vous pour une prochaine aventure : ).

Les sorties = sport et convivialité

La veille Velvet, Nico, Fanch et Caro' se retrouvent pour préparer le pique-nique pour le groupe de 17 personnes. Quelques heures de travail, afin de rassasier tout ce petit monde.

Nous avons testé une recette originale : mettre des grains de riz dans la pâte à crêpe (pour le plaisir d'aller les repêcher).

Vous savez tout, comme si vous y étiez. Rendez-vous pour la prochaine rando au fil de la Coulée D'Oc en pays Angoumoisin !

Spéciale dédicace à Alexis : photographe officiel de randos roller.

 

Souvenir de l’île de Ré en roller

Roller n'Go sur une île

Le point de rendez vous de ce weekend roller à l'île de ré est le village vacances Touristra de Bois plage en ré. Tout le monde arrive entre 10h et 10h30. Nous prenons ensuite possession des trois bungalows qui nous sont attribués. Après un repas pique-nique, le petit groupe de tout de même 16 personnes se met en marche (en rollers et vélos) direction le phare des baleines. Soit environ 25 km de ballade.

Les paysages et les pauses se succèdent, nous croisons au détour d'une piste cyclable un groupe de touristes asiatiques précédé d'une voiturette de golf en train de les filmer (Si ça se trouve nous avons rencontré une super star asiatique sans le savoir). À une autre pause c'est des cyclistes anglais qui nous proposent de nous prendre en photo et nous font une démonstration avec leur vélo pliable. Un peu plus loin un plan incliné qui donne sur un port nous sert de terrain de jeu quelques minutes.

Pour beaucoup d'entre nous, les derniers kilomètres jusqu'au phare des baleines se font dans la douleur mais le soleil étant au rendez vous le moral revient vite surtout après une nouvelle pause dans un bar au pied du phare qui permet à tous de se désaltérer. Les plus gourmands se laissent ensuite tenter par une gaufre ou une glace.

Et déjà il est temps de se diriger vers notre hébergement. L'endurance de tous est mise à rude épreuve, même pour les plus aguerris qui redoublent d'effort pour tracter ou pousser les dernières recrues et les plus jeunes.

Le retour bien que plus difficile est à l'image de l'aller, il est entrecoupé de pauses qui permettent à tous de se regrouper et de récupérer. D'ailleurs c'est au niveau du plan incliné qui donne sur le port que des patins ont goûté à l'eau de mer… Ce qui a contribué à ajouter des rires à la bonne humeur générale.

La fin du périple commence à être difficile mais après quelques péripéties et 50 km parcourus, plus quelques kilomètres supplémentaires pour certaines qui se sont un peu égarées, nous nous retrouvons tous aux bungalows. Au programme : douches, préparation du repas, et pour les plus courageuses piscine (qui est à 15°C).

Le repas est dans la mouvance de cette journée qui vient de passer et se déroule dans une bonne ambiance générale autour des planchas.

Le lendemain matin nous ne sommes plus que 15 (les impératifs se rappellent à certains) et malgré les jambes un peu lourdes, tous le monde est partant pour aller voir la mer à Saint Martin (en roller ou en voiture). Comme la veille les pauses ponctuent le parcourt. Les petites chutes sans gravité se font aussi un peu plus fréquentes. Arrivés à Saint Martin nous profitons de la terrasse d'un bistro pour nous hydrater, ce qui ne manque pas de titiller la curiosité de notre serveur et des habitués !

Le temps passe vite et il est déjà l'heure de retrouver notre camps de base pour se restaurer. Le chemin du retour est le théâtre d'une chute qui ce coup ci laissera quelques traces, sur une cuisse avec ce que l'on appelle une pizza dans le jargon du roller mais aussi sur un portable. Heureusement plus de peur que de mal. Et c'est tout de même 18 km de plus au compteur.

 

Arrivés au camping les activités de chacun ressemblent à la veille au soir. : douches, préparation du repas et piscine (toujours à 15°C).

Et comme la veille le repas se passe dans une très bonne ambiance ou certains picorent pendant que d'autres dont tous ces kilomètres ont ouvert l'appétit dévorent comme s'ils n'avaient pas manger depuis des jours.

Ces deux jours idylliques touchants à leur fin, il est déjà temps de faire les bagages, le ménage et de se séparer jusqu'à la prochaine sortie.

 

Je précise que c'est volontaire que personne ne soit nommé.

Je profite de cette tribune pour remercier Luce qui nous a proposé cette sortie et aussi tous les participants car c'est un de mes meilleurs souvenirs roller !

 

Le Grand Nico 

Bonne année sous le signe du Roller !

C'est parti pour 2017 ! 

 

Roller n'GO vous souhaite une douce et heureuse nouvelle année ! Sportive : ). 

Il est possible de nous rejoindre en cours d'année. L'adhésion pour une arrivée à compter de janvier est de 90 euros. Cette adhésion comprend une part de licence FFRS + assurance pour la pratique du roller, l'accès à l'ensemble des séances et aux sorties

Notez la date de la prochaine rando ouverte à tous : Dimanche 24 septembre 2017 ! 

15776309_348621125536378_741732307_o

6 Heures de Varades en solo

6 heures seul avec ses rollers

6h_varade

Après une dizaine d'années sans course j'ai décidé de m'attaquer aux 6 heures de Varades en solo, défi idéal en cette année de reprise.

Avec un objectif de 120 km en 6 heures et un entrainement non spécifique le défi est de taille.

Le matin de la course le temps annoncé à Varades pour la journée est "rares averses". Aussi une fois sur place une de ces "rares averses" trempe le circuit. Après un peu d'hésitation je me décide à monter mes roues pluies qui ne quitteront pas mes patins de la journée.

Il faut savoir que je ne suis pas tout à fait seul dans cette aventure, en effet Priscillia et Nolan (mon waterboy) m'accompagnent des stands.

Voilà le moment du départ tous les patineurs qui se connaissent se saluent et se jaugent. Tout le monde cherche les patineurs de sa catégorie, je vois les autres solos qui semblent tous se connaitre et surtout ils ont l'air surper entraînés. L'organisation rappelle les consignes : j'apprends que les solos bénéficient d'un ravitaillement à partir de la deuxième heure de course (ça n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd). La course est enfin lancée je pars de l'arrière du peloton et avec mes grandes jambes, la densité de patineurs et la piste mouillée il est difficile de remonter le flux de patineurs.

Après un ou deux tours seul je vois un peu devant deux patineurs solos Guillaume et Sébastien que j'avais repéré au départ, je décide de les rattraper. Finalement j'y arrive, en discutant avec eux j'apprends qu'ils font habituellement 140 à 150 km lors des courses de 6 heures et aussi que l'on est 4, 5 et 6ème. Après plus de deux heures de course en leur compagnie à prendre les relais chacun notre tour, un patineur de duo nous emmène sur deux tours à un rythme plus soutenu. Après avoir suivi pendant plus de 2h30, mon genou gauche commence à défaillir et une fâcheuse envie pressante se fait sentir. J'ai donc de plus en plus de mal à suivre mes compagnons de route et je lâche le groupe qui s'était étoffé. J'en profite pour soulager mon envie pressante, ce qui inquiétera mes soutiens au stand car mon temps à ce tour est beaucoup plus long.

Je continue donc la course seul et je ne trouve personne à qui me raccrocher soit les patineurs sont trop rapides soit ils sont trop lents. Mon genou me fait de plus en plus de défaillances je décide de m'arrêter définitivement. Une fois au stand Priscillia ne l'entend pas comme ça et me remotive pour que je termine la course.

Je repars donc pour 3 heures de course mon rythme est bien différent de celui du début de course avec Guillaume et Sébastien. Mais à chaque fois qu'il me double j'ai le droit à un petit mot de soutient et un petit conseil : "trouve un compagnon de route".

Après pas mal de tours seul je trouve un autre solo que je reconnais Jean-Dominique qui a staffé en juillet sur la rando du Marais Poitevin. On décide de rouler ensemble, seulement c'est un jour sans pour lui et il est régulièrement pris de crampes dans les cuisses ce qui l'oblige à de fréquents arrêts. La quatrième et cinquième heure de course se feront soit seul soit avec Jean-Dominique. Puis dans la dernière heure nous nous faisons doubler par un train de trois solos que nous raccrochons. Les crampes regagnent Jean-Dominique qui le contraignent à faire une nouvelle pause. Puis à une demi heure de la fin deux des trois patineurs font un arrêt, on est donc plus que deux à continuer ensemble. Puis pour les trois derniers tours mon compagnon de route relâche son effort et je termine ma course en solitaire épuisé mais heureux de franchir enfin la ligne d'arrivée.

Pour faire le bilan de cette reprise de course en solitaire, le patinage sous la pluie (qui ne nous a pas abandonné de la course) se fait plutôt bien. Mon objectif des 120 km est atteint avec 122,520 km parcourus. Et je termine 31/76 au classement général et 7/21 au classement solo homme.

Prochain défi : une course plus longue comme les 12 heures de la Faute ou les 24 heures du Mans en duo (duo ou équipe de 5 pour le Mans). Donc avis aux amateurs !

Merci à toutes les personnes qui m'ont soutenu de près et de loin pour cette course.

 

Le Grand Nico

6h_varade2

Séances pendant les vacances d’automne

Séance pendant les vacances de la Toussaint

Pendant les vacances les séances habituelles sont maintenues, il y a quelques changements indiqués en gras :

– Lundi 19h30-21h : séance vitesse au skatepark de la Cassette

– Mercredi 19h-20h45 : séance initiation ados/adultes au gymnase de Bellejouarnne

– Mercredi 20h-22h : séance hockey skatepark (sauf le 19/10 à Ligugé de 21h à 23h).

– Jeudi 20h-22h : séance freestyle au skatepark

– Samedi 22/10 : séance iniation au patinage ados/adultes au gymnase Rivaud de 9h30 à 11h30

– Samedi 29/10 : séance intiation au patinage ados/adultes au skatepark couvert de Poitiers (32 bis rue de la Cassette) de 9h30 à 11h30

Et randos, si pas de pluie : ).